vendredi 27 février 2015


vendredi 27 février 2015

Retraités : la descente aux enfers



La situation de plus en plus difficile des retraités

De plus en plus, autour de nous, nous entendons que des retraités ont été obligés de reprendre du travail, petit travail ou plus important, pour boucler la fin du mois.
         Les attaques contre les retraites de ces dernières décennies ont été catastrophiques, entraînant une baisse nette des retraites et des pensions au moment du départ en retraite.
         Aujourd’hui, la masse des retraités vivent avec de très petites retraites.
         A cela s’ajoute ces dernières années, l’augmentation générale de l’imposition, directe, indirecte, générale et locale. Quant à la dégradation des seuils, ils ont entraîné par exemple la perte d’une partie notable de l’aide au logement. Nous pensons à ce proche qui après des années de galère et de contrats « aidés » pensait pouvoir vivre correctement avec sa petite retraite. Mais la perte de son APL l’a remis dans sa situation difficile de veille de retraite.
         La hausse substantielle de retraites, dont le montant est par ailleurs bloqué pour le plus grand nombre, est à l’ordre du jour. Comme celle des salaires et des indemnités, elle sera au cœur des objectifs de nos grandes luttes futures.
         Manifester est, avec l’âge, de plus en plus difficile pour les anciens. Mais ils peuvent faire partager aux plus jeunes la conviction que la lutte est nécessaire et qu’elle viendra.
Vie syndicale

Marseille : Philippe Martinez à la rencontre des militants en lutte

vendredi 27 février 2015 , par Philippe Gelinaud
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, est allé au contact des syndicats marseillais et de la région, ce jeudi 26 février 2015. Ces rencontres ont été l’occasion d’apporter le soutien de la confédération, d’examiner chaque situation, d’échanger sur les processus de lutte et les convergences entre les secteurs public et privé, et aussi d’aborder la question des perspectives économiques et sociales.
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, à Marseille, à la rencontre des militants en lutte le 26 février 2015.Cette journée particulièrement dense a commencé par la rencontre, à la Bourse du travail du Marseille, de nombreux militants en lutte : Fralib, Les Grands Moulins Maurel, Kem one, centrale thermique de Gardanne, caisses d’allocations familiales (CAF), caisses primaires d’assurance maladie (CPAM), grand conseil de la mutualité (GCM), assistance publique hôpitaux de Marseille (APHM), Ascometal, Ineo, etc.
Sur le port de Marseille, Philippe Martinez a tout d’abord rencontré les militants du raffinage et les sous-traitants pour évoquer l’avenir de la raffinerie Total de La Mède, menacée de fermeture, ainsi que de la pétrochimie autour de l’étang de Berre, et pour tracer quelques perspectives de propositions CGT.
Dans un second temps, il a été question de la SNCM, des dockers et des portuaires, de la réparation navale et des douaniers. En présence du comité régional CGT, les militants ont échangé sur l’avenir de la SNCM et, plus largement, du port. Là aussi il a été question de luttes, d’interventions coordonnées et de perspectives économiques et d’emploi.
Le secrétaire général de la CGT a ensuite donné une conférence de presse au siège des dockers avant de rencontrer, à l’aéroport, les militants d’Air France.
17-mars
Le lundi 9 février huit organisations de retraités, l’UCR-CGT, UCR-FO, UNAR-CFTC, SFRN-FSU, UNIR-Solidaires, UNRPA-Ensemble et solidaires, FGR-FP, LSR, publiaient un communiqué commun, appelant à la mobilisation des retraités autour de quatre thèmes : la baisse du pouvoir d’achat, la dégradation des conditions d’accès aux soins, le délitement des services publics, le report scandaleux de la mise en œuvre de la loi d’adaptation de la société au vieillissement.

Depuis elles ont décidé d’une journée d’action, le 17 mars.
Ce sera l’occasion de dire haut et fort que c’en est assez de piocher dans les poches des retraités et des salariés, quand on sait l’augmentation des profits réalisés par les sociétés du CAC 40, généreusement distribués aux actionnaires, l’ampleur de la fraude fiscale en France et en Europe, qui coûte 2000 milliards d’euros par an à l’Europe
Et la loi Macron qui fait un cadeau de 900 millions aux dirigeants des grandes entreprises…
Le 17 mars il faudra du monde et faire beaucoup de bruit.

mercredi 25 février 2015

Généralisation du tiers payant : Une mesure juste pour combattre le renoncement aux soins.

publié le mardi 24 février 2015 par INDECOSA 18

De plus en plus d’assurés sociaux renoncent à se soigner faute d’argent. Nombreux sont ceux qui ne peuvent même plus faire l’avance de la part remboursée par la sécurité sociale et celle prise en charge par la complémentaire santé. Pour se soigner malgré tout, ils n’ont parfois pas d’autre alternative que de pousser la porte des urgences de l’hôpital.
La généralisation du tiers payant peut être une importante bouffée d’oxygène pour nombre d’assurés en dessous ou même au niveau du seuil de pauvreté.
Nous comprenons mal la levée de boucliers de certains médecins libéraux qui rechignent à appliquer cette règle au combien nécessaire.
L’argument par lequel on risque de voir les salles d’attente engorgées par des « faux malades » ne tient pas la route.
Pire encore, il masque une réalité moins flatteuse de certains praticiens.
L’INDECOSA-CGT constate au quotidien les discriminations dont sont victimes de nombreux patients disposant de la CMU et de l’ME. En effet, de nombreux spécialistes dissuadent de manière détournée ces patients de frapper à la porte de leur cabinet.
Cela va d’un RDV urgent remis à des semaines voire des mois, à on vous appellera dans les plus brefs délais. Ce sont aussi des praticiens de grandes métropoles qui pratiquent le dépassement d’honoraire.
Alors que 25 pays de l’union Européenne pratiquent déjà le tiers payant généralisé, on comprend mal pourquoi la France et le Benelux traînent toujours des pieds.
Nous soutenons la mise en place du tiers payant généralisé, et ne pouvons admettre l’effectivité tardive du dispositif à l’horizon 2017.
Les propos du Président de la République ne sont guère rassurant sur l’avenir de la mesure phare du projet de loi « santé ».
Pourtant, le 5 février dernier, il conditionnait l’instauration du tiers payant généralisé à la mise en place d’un mécanisme simple de paiement pour les professionnels de santé. Ces propos bienveillants à l’adresse des médecins libéraux sont ’autant plus étonnants que cette « usine à gaz »présumée existe déjà pour 100 000 professionnels dont les infirmières libérales et les pharmaciens.
Contact : Arnaud Facon et Solange Fasoli 01 55 82 84 03


Portfolio

indecosa

 


                                                          indecosa Argenteuil Bezons


adresse 82 bl du General Leclerc 95100 Argenteuil cedex


pour nous  joindre indecosaargenteuil@laposte.net


tel 07.71.12.77.77/06.65.73.27.74 les permanences d'indécosa Argenteuil le jeudi de 15h 16h30