lundi 13 juin 2016


Contre la loi travail, manifestons le 14 juin !

 

Gouvernement, le MEDEF et médias ne décolèrent pas. Ils ont déversé des monceaux de calomnies. Ils ont fait un chantage grossier à la solidarité avec les victimes des inondations. Ils ont utilisé l’Euro de football pour exiger la fin des grèves. Et malgré tout, la grève à la SNCF se poursuit, les éboueurs tiennent bon et les pilotes d’Air France ont mis à exécution leur menace de grève. Ils ont raison.

            On nous rebat les oreilles avec l’image de la France et la fête qu’est supposée être l’Euro de Foot.(voir a Marseille ) La ficelle est grosse. On peut être supporter de foot, on peut même être sinistré, et ne pas accepter la démolition du code du travail !

            Les droits des travailleurs ne valent-ils rien ? L’Euro dure un mois, mais c’est pendant des années que nous subirons les effets de cette loi, si elle est adoptée. Il y en a marre de tout ce chantage qui vise toujours à ce que les travailleurs se taisent et subissent.

            Les travailleurs font des sacrifices depuis des années, ils doivent être toujours plus flexibles, travailler toujours plus, se mettre en quatre, se dévouer toujours et encore. Tout cela, pourquoi ? Pour que les actionnaires et les PDG s’en mettent plein les poches.  

            Hollande et Valls portent l’entière responsabilité de ce qui se passe. Ils accusent les opposants à la loi El Khomri d’être jusqu’au-boutistes, minoritaires, irresponsables. Mais qui est minoritaire dans cette affaire ? Qui s’obstine à imposer un projet de loi massivement rejeté par la population et la quasi- totalité des travailleurs ? Quant à l’irresponsabilité, elle consiste à faire reculer la condition ouvrière des années en arrière !

            Le gouvernement prétend avoir levé les incompréhensions en faisant, comme il dit, de la « pédagogie ». Aucun travailleur n’est dupe. Si le patronat peut, par accord d’entreprise, déroger aux droits inscrits dans les conventions collectives, les reculs des conditions de travail se multiplieront. S’il peut licencier plus facilement, il y aura plus de licenciements et plus de précarité.

            Les suppressions d’emplois, les reculs sur les conditions de travail et les salaires sont la réalité vécue par des millions de salariés. Des cheminots jusqu’aux pilotes d’avion en passant par les ouvriers de Peugeot ou de Michelin, cette offensive prend exactement la même forme : celle de plans de compétitivité où il faut travailler plus avec plus de flexibilité et moins de compensations salariales, quand il ne s’agit pas de diminuer les salaires comme à Air France.

La manifestation nationale organisée à Paris mardi 14 et les diverses initiatives qui seront prises localement doivent être l’occasion de démontrer le rejet massif de la loi El Khomri. Tant que la contestation continue, rien n’est joué.

            Mais l’enjeu de cette mobilisation dépasse le seul avenir de cette loi. La contestation recouvre un ras-le-bol plus global, une colère plus large contre l’offensive générale du patronat et le recul de l’ensemble de la société. En témoignent la variété des secteurs qui se sont lancés dans la mobilisation, les jeunes, les salariés du public et du privé, ceux des grandes entreprises et des PME.  

            Elle montre la volonté d’une fraction des travailleurs d’inverser le rapport des forces avec le patronat. Il ne s’agit encore que d’une minorité. Mais dans toutes les entreprises à l’échelle du pays, des travailleurs s’organisent, débrayent, font grève et manifestent. Partout, des travailleurs ne veulent plus se taire. Eh bien, il faut continuer dans cette voie car c’est la seule qui permettra aux travailleurs de se faire respecter !

            C’est le plus important pour l’avenir. Car les travailleurs n’en ont pas fini avec les attaques patronales et, s’ils prennent l’habitude de résister, les choses se passeront bien différemment.

            Le gouvernement et le patronat parient sur l’usure du mouvement. Certains ont déjà fait 8, 10, 20 jours de grèves, beaucoup de cheminots ou de raffineurs ont déjà sacrifié un mois de salaire dans la grève.

            Alors oui, c’est une lutte longue haleine. Mais le monde du travail a des ressources, il y a des forces en réserve

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire