vendredi 14 octobre 2016

Retraites : nouvelles attaques en vue Dans un énième rapport, la Cour des comptes, jugeant réelles mais insuffisantes les attaques contre les retraites perpétrées depuis plus de vingt ans, préconise de nouvelles remises en cause de celles des fonctionnaires. Elle prend prétexte des disparités existant entre le système de retraite des travailleurs du secteur privé et celui du secteur public. Ce n’est pas nouveau : depuis 1993 et les premières attaques contre les retraites, tous les gouvernements ont cherché à opposer les travailleurs du privé à ceux du public, pour mieux s’en prendre aux retraites de tous, tous secteurs confondus. En 1993, Balladur a commencé par s’attaquer aux travailleurs du privé, en faisant passer de 37,5 à 40 ans la durée de cotisation nécessaire pour avoir droit à une pension à taux plein, en instaurant la prise en compte des vingt-cinq meilleures années, au lieu de dix précédemment, dans le calcul de la pension, et en indexant celle-ci sur l’inflation, et non plus sur l’évolution des salaires. Cette réforme, à elle seule, aboutit à une chute de 25 % du montant des pensions, comparé à ce qu’il aurait été sans ces mesures Jospin, au gouvernement de 1997 à 2002, s’est bien gardé de revenir sur cette mesure, permettant, dix ans plus tard, sous prétexte d’égalité, à Fillon d’allonger à 40 ans la durée de cotisation pour les travailleurs du public. En 2007, le même, devenu Premier ministre de Sarkozy, s’en prenait aux régimes spéciaux de la SNCF, de la RATP, d’EDF… En 2010, nouvelle attaque : l’âge de départ à la retraite passait à 62 ans pour tous, avant que Hollande, devenu président, n’augmente à 43 ans la durée de cotisation pour obtenir une retraite à taux plein. Les retraites complémentaires des travailleurs du privé sont, elles, bloquées depuis 2014. Au final, c’est pour l’ensemble des salariés que les conditions d’accès à la retraite ont nettement régressé. Ce rapport annonce donc sans doute de nouvelles attaques contre les retraites des travailleurs, quel que soit le futur président. Déjà la direction du Trésor met en avant le recul de l’âge de la retraite pour relancer la croissance ! Et le Conseil d’orientation des retraites étudie la question pour préparer ses futures recommandations. Au-delà des fonctionnaires, c’est bien l’ensemble du monde du travail qui est visé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire