mercredi 1 avril 2015

Mory Global : patrons voyous, gouvernement complice

Les 2 150 salariés de MoryGlobal (ex-Mory Ducros) sont maintenant fixés. Le tribunal de commerce de Bobigny (Seine-Saint-Denis) a prononcé la liquidation du transporteur, mardi 31 mars en fin d’après-midi, « avec poursuite d'activité jusqu'au 30 avril ».
Le propriétaire, Arcole Industrie, avait mis la main sur les transports Mory en 2012 pour un euro symbolique, puis racheté la société Ducros. Deux ans après, en 2014, il se déclarait en faillite, faisait effacer les dettes de la société, puis la reprenait, soutenu par le gouvernement qui lui octroyait même 17,5 millions d’euros d’avances. Au passage, 2 800 des 5 000 salariés se retrouvaient à la rue.
Les travailleurs de Mory Ducros s’étaient alors battus contre les licenciements et avaient dénoncé Arcole Industrie pour ce qu’il est, un vautour qui vit en dépeçant les entreprises en faillite et en pillant les fonds publics. Mais le gouvernement, à commencer par le ministre Montebourg, aidé par la direction centrale de la CFDT, avait tout fait pour leur faire accepter ce plan. La CFDT allait même jusqu’à signer l’accord par-dessus la tête des délégués de l’entreprise. L’argument cent fois répété, était que « 2 200 emplois sauvés, c’est mieux que rien ».

On voit aujourd’hui que, en fait, c’est « rien ». Les manœuvres du gouvernement auront permis à Arcole Industrie de protéger ses intérêts, de toucher 17,5 millions d’euros et, surtout, de licencier en deux vagues pour tenter de diluer la colère des travailleurs et de diminuer leur force de frappe.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire