mardi 27 octobre 2015

Pour que cela change, il faut inverser les priorités de la société
Dix ans après la provocation nocturne de Sarkozy à Argenteuil le 25 octobre 2005, quel bilan font les habitants du Val-Nord ? Cette venue avait contribué au déclenchement des jours de violence qui le mois suivant touchèrent nombre de quartiers populaires du pays. Une sorte d’« examen de conscience » avait eu lieu alors sur le thème de la banlieue, et un certain nombre de mesures annoncées.
            Dix ans plus tard, lorsque les habitants sont interrogés, ils répondent que rien n’a fondamentalement changé. La rénovation urbaine ANRU a certes -au moins pour un temps- amélioré le cadre du quartier, mais la vie des gens, elle, n’a pas changé. Mais pourquoi en irait-il autrement.
            La pauvreté des familles s’approfondit. De nombreux enfants auraient besoin d’un soutien supplémentaire à l’école. A défaut, l’échec scolaire et la marginalisation augmentent. Le chômage touche un nombre important d’habitants. Malgré une emprise plus importante des religieux dans le quartier, qu’une étincelle se produise, et la violence embrase le quartier comme cela s’est produit à l’occasion du 14 juillet dernier.

            Pour inverser cette situation, ce qui est nécessaire c’est inverser totalement le cours de toute la société.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire